Du Nam Theum à Tad Lo, immersion dans le Laos profond

Classé dans : Laos | 8

Du 21 au 25 décembre 2015 – Les rives du Nam Theum quittées nous prenons les pistes pour atteindre le plateau des Bolavens. Entre pistes roulantes, parfois trop sableuses et les rencontres dans les villages, nous nous immergeons dans le pays !
IMG_4534

Au lever du soleil, le petit déjeuner sur le lac, c’est le pied ! Nous retrouvons nos chers
croissants et pains au chocolat autour d’un petit café lao avec nos amis allemands
rencontrés la veille.

Petit déjeuner au bord du Nam Theum
Petit déjeuner au bord du Nam Theum
Croissant et pain au choc'
Croissant et pain au choc’

Nous quittons la zone de barrage pour se rapprocher de reliefs karstiques, dentelés et
regorgeants de grottes. Le douce asphalte se termine… en piste pour quelques 300 km.

Les rizières vertes
Les rizières vertes

C’est tout d’abord sur une grosse piste aux immenses nuées de poussière que nous avalons 50 km avant de demander l’hospitalité au chef du village de Nakham.

Sur les pistes au Laos
Sur les pistes au Laos

Nous sommes accueillis par des sourires et des regards curieux sur tout notre équipement.

Nous installons la tente sous une multitude de pairs d’yeux… des dizaines d’enfants sont
regroupés et quelques femmes scrutent la scène d’un peu plus loin.

Montage de tente
Montage de tente
Après le montage de tente
Après le montage de tente

Au levé du jour nous sommes invités par la femme du chef à manger le riz gluant
accompagné d’herbes et d’une sauce poisson. Ils s’amuseront a nous faire goûter le
piment… même pas mal !

Les enfants nous montrent leur cahier d’anglais, assez complexe d’ailleurs ! Mais personne ne comprend ni ne parle la langue des falangs.

Portrait de laotiens
Portrait de laotiens

La mère sort un petit panier remplit de petit morceaux de bois, c’est l’heure du chicage de
Bétel. C’est une pratique assez courante dans le coin, les femmes montrent de « belles » dents noires lors d’échanges de sourires…

Dans les villages plus reculés, nous voyons des femmes fumer la pipe et des hommes fumer des sortes de grosses cigarettes artisanales (mélange d’herbe dans une grosse feuille verte roulée en cône entre le joint et le cigare).

En route pour l'école
En route pour l’école

C’est l’heure de l’école, l’aînée en tenue, nous tirons le portrait des femmes de la maison et partons en compagnie de toutes les jeunes filles du village en vélo. C’est amusant !!!

La piste devient de plus en plus petite après deux trois demandes de direction aux habitants nous nous retrouvons sur des petits chemins en plein milieu des rizières puis en plein milieu de la jungle.

Lors du passage à côté des écoles les « falangd, falangs ! » des enfants précèdent leur arrivée sur le chemin… je le longe la main tendue, aussi excité qu’eux ! Comme au tour de France, je suis littéralement poussé dans le fossé après le 3ème passage, regroupant la cinquantaine d’écoliers… quel moment intense !

Supporters
Supporters

Nos meilleurs compagnons sont les petits tracteurs, charriant matériaux ou servant de mini bus (nous croisons des familles entières, de l’arrière grand mère avec perfusion au bébé au sein de sa mère de 15 ans), mais leurs nuages de poussière sont très irritants.

Nous nous enfonçons dans la forêt, parfois dans de belles ornières et traversant des petits ponts de bois gardés par des mômes assurant le péage !

Péage au pont...
Péage au pont…

Le soir, rebelote ! C’est montage de tente après avoir fait deux fois le tour du village pour en trouver le chef… par là, par là ! Il nous indique le kiosque central, flanqué des drapeaux lao et communiste !

Camping sous le kiosque de Narkhang
Camping sous le kiosque de Narkhang

Nous sommes parqués, observés par les villageois comme à leur habitude.

L’eau fraîche de la pompe centrale du village lave la poussière accumulée depuis le matin et fait un bien fou !

Spectateurs
Spectateurs
Portait de laotiens
Portait de laotiens

Nous décollons dès l’aube avec un passage de rivière à gué et rejoignons le chemin menant à la rizière.

Dam, peu confiant sur la ronce au milieu du chemin, opte pour une piste à droite nous faisant petit à petit retourner en arrière… demi tour du coup ! On tente celle de gauche nous faisant cette fois carrément atterrir en pleine rizière. Un autochtone semble dire que ça passe. Nous tentons alors un pseudo sentier dans la forêt que nous rebrousserons bien vite… retour à la case départ !

N’ayant plus peur des ronces, nous retentons le chemin initial qui s’avère être le bon… mea culpa pour les 2h à tourner en rond !

À la mode lao !
À la mode lao !

Nous faisons le reste de la piste au milieu de rizières et des villages sous la chaleur torride du soleil déjà bien brûlant !

Tiens, de l’asphalte ! Bon sur 5 km… c’est toujours ça ! Le temps de se restaurer et de se
rafraichir avec une Beer Lao à la petite ville et nous reprenons la suite de notre piste.

La première partie en montée, toujours assommés par le soleil, nous amène sur un petit
plateau où nous filons à vive allure. Nous croisons des chasseurs et leur fusil au long canon ainsi que des bucherons (de tous âges ! L’âge du travail n’est pas très réglementaires…) sur leur tracteur/motoculteur transportant les gros billots de bois.

Sur les pistes au Laos
Sur les pistes au Laos

Au bout de notre piste, nous trouverons l’hospitalité chez des travailleurs chinois et laotiens bossant sur la ligne électrique.

Nous poserons la tente dans la maison sur pilotis avec les leurs et partagerons le repas.

Notre maison d'accueil
Notre maison d’accueil

Au matin c’est traversée de la rivière en bac, le pont ayant été détruit lors de la guerre.

Après la petite attente d’une voiture pour engager l’embarcation, nous voilà vite de l’autre côté. Et là commence la sale journée…

Le bac pour la traversée
Le bac pour la traversée

Cette veille de Noël atteint le top 3 des journée de m****. Les 50 km de sable en pleine forêt, les quelques sentiers soit sur des dalles de grès en plein soleil soit sur du ballast nous achèvera…

Le sable des pistes du Laos
Le sable des pistes du Laos

Là on se dit que la plâtrée de riz de midi nous requiquera, si seulement… à l’ouverture des
sacoches notre kilo de riz est aux abonnés absents… la vache qui avait commencé à
grignoter notre pochette de réchaud la veille a dû embarquer le sac de riz…

La seule nourriture digne de ce nom s’étant envolée, nous déjeunons avec un bouillon de poule et un pot de lait concentré ! Heureusement qu’il était là celui ci, ça ira pour l’après­midi ! Heureusement, quelques beaux paysages nous accompagnent…

Sur les pistes du Laos
Sur les pistes du Laos

Le second round sable sera aussi dur que le matin. Notre confiance à trouver un village accueillant sera touchée avec un premier refus : « continuez plus loin » qu’il nous dit après avoir appelé le chef du village…

Au second village, un gars éméché nous installe dans une salle de classe. Enfin posés, à
taper le balle avec les enfants et pouvoir se rincer au puits du village !

Football
Football

Le bonhomme éméché nous tient toutefois la grappe et fini par nous demander de l’argent pour dormir… résignés, Dam part avec lui faire de la monnaie. Mais entre l’incompréhension de la destination de l’argent et le tour du village de nuit pour tenter d’en trouver le chef, le porte monnaie contenant la carte bancaire sera perdu/volé dans la bataille.

Même après deux tours du village de nuit, impossible de mettre la main dessus… et vue la kalachnikov du gars en treillis à côté duquel on est passé, je n’insiste pas !

Nous passerons donc le réveillon de Noël au riz gluant et la Beer Lao devant notre salle de classe ! Joyeux Noël…

Repas de Noël
Repas de Noël

Nous quittons tôt le lendemain matin le village maudit. Après un rapide petit dèj au riz gluant et aux brochettes de poulet et de foie à 7h, nous empruntons la piste bien roulante afin d’atteindre l’asphalte, cette fois pour de bon !

En chemin, un pont effondré obligé les locaux à utiliser un bac. Un premier batelier nous dit “eau à mi cuisse”, le second “à la taille”, et jusqu’au nez non ? Mais la rivière ne nous effraie pas et nous tentons le gué : seulement à mi cuisse, trop facile !

Pont effondré
Pont effondré

En chemin nous passons les 10 000 km ! Joyeux Noël !!!

Joyeux Noël pour les 10 000 km
Joyeux Noël pour les 10 000 km

Nous rejoignons vite Tad Lo au pied du plateau des Bolovens, où nous trouvons la Palamei Guesthouse et ses chouettes bungalows ainsi que son repas en commun, préparé et partagé avec la famille le soir.

Préparation du repas en commun à Palamei
Préparation du repas en commun à Palamei

Après préparation des légumes, du riz, des toasts et des crêpes nous nous retrouvons tous à table autour de succulents plats !

Repas en commun à Palamei
Repas en commun à Palamei

En ce 25 décembre au soir, Noël est sauf avec ce superbe festin !

8 Responses

  1. Bien comme vous faites.

  2. Splendide votre épopée !
    Petit plus pour l’arrivée en vélo au milieu des enfants !
    En espérant que vos tracas du 24 soient réglés (CB ?)
    Bon Noël en retard, et bonne suite à vous 2 !!
    Je pense à vous, la bise !

  3. Enorme les images sont magnifiques. Bon certes ce 24 Décembre restera pas mémorable pour les bonnes raisons mais bon! 😉 Le moment tour de france avec les gamins ça a du être génial. Je pense bien à vous les amis.
    Des Bisous. :-*

  4. … Et les profs sont admirés !!!! Que de supporters !
    B R A V O pour les 10 000 kils !It’s fabulous !!! You are too strong !!!!
    Bisousssssssssssssssssssssssss

  5. Que d’aventures vous vivez!! Profitez de tout, même des moments de galères, ça fera malgré tout de bons souvenirs au retour! Et vivez toujours à fond toutes ces expériences, la vie au retour de voyage c’est moins drôle que pendant je vous assure 🙁

  6. Elodie schatz

    Super aventure que vous vivez la…des souvenirs pour une vie bien rempli…bon réveillon et bonne continuation bisou

  7. bouchez elodie

    Superbe votre parcours… Continuez ainsi,
    nous vous souhaitons une très belle et heureuse année remplie d aventures, de découvertes et accompagnée d une excellente santé
    Gros bisous des Bouchez

Laissez un commentaire